Déjà plus de 500 ans qu'elle existe, mais elle n’a pas encore fini de livrer tous les secrets qu’elle cache . La Joconde, la célèbre œuvre de Léonard de Vinci puisque c’est d'elle qu’il s’agit, est en effet un mystère sur bien de plans que les techniques actuelles de chimie et d’imagerie aident à percer . Zoom sur les nouvelles trouvailles et quelques notes d'histoire sur l'un des tableaux les plus célèbres de l'histoire de la peinture.

La Joconde toujours en pleine forme

Impossible de s'imaginer qu'un tableau aussi vieux ait pu passer tout ce temps , en conservant quasiment son état de fabrication, sans aucun travail de rénovation. En voilà un mystère qui mérite d’être élucidé. Quelques détails ont certes subi les affres du temps et du grand âge, mais globalement, son état est sujet à émerveillement. D’après les récentes analyses , cela serait due à la technique du sfumato employée par l'artiste. La toile a en effet été peinte sur plusieurs couches de peinture qui à la fin aurait donné un aspect enfumé au tableau qui a su résister au temps. Paradoxalement les vernis appliqués s'auto-conservent et risque d’ailleurs de se détériorer en cas d'action extérieure, de nettoyage notamment.

Jets de projectiles

Plusieurs événements ont marqué l'existence de la toile notamment des coups de projectiles. Par deux fois , elle a été la cible de jets de cailloux et de tasse de thé  respectivement par un jeune Bolivien et un Russe. Le premier coup provoqua le bris du verre qui la protégeait et déstructura une partie de la peinture. Le deuxième par contre n’eut aucun effet.

Le regard caméra

C’est le récent nom de “l’effet Mona Lisa” , nom donné au fait que les yeux de la femme représentée suive ceux du spectateur. La technique est toutefois antérieure à la conception de la toile ; n'empêche que ce fut osé et assez original.

Le sourire de la Joconde

Mona Lisa sur la toile semble présenter un sourire qui vu d'un certain angle, est tout bonnement impressionnant. En effet , il  semble apparaître et disparaître après un regard soutenu, une illusion optique due à la maîtrise absolue du sfumato par l'artiste.